mardi 8 novembre 2016

Mon ami Ben de Julia Romp


"Il suffit d'une seconde pour perdre ce qu'on a de plus précieux et d'une autre pour réaliser ce que cette perte va représenter."

Auteur : Julia Romp
Éditions : France Loisirs
Genre : Témoignage
Année de parution : 2012
Pages : 460

Résumé : 

Comment communiquer la joie de vivre à son enfant lorsqu'il est atteint d'autisme ?
C'est la question à laquelle se heurte Julia, mère célibataire londonienne, en élevant George, son fils de neuf ans, qui montre une grande violence envers les autres en général, et sa mère en particulier.
L'arrivée d'un chaton aussi seul et perdu que lui va permettre au petit garçon de s'ouvrir aux autres et rendre à sa mère tout l'amour qu'elle lui a donné.
Mais un jour, cet équilibre retrouvé bascule. Laissé seul durant quelques jours, le chat Ben s'échappe. George se replie alors irrémédiablement sur lui-même. Julia va alors se livrer à une quête désespérée pour retrouver le seul être capable de donner le sourire à son fils.

Avis : 

Ce livre m'a été prêté par ma mère et je l'ai lu dans le cadre d'un challenge, celui des 4 maisons. Il fallait lire un livre qui parle de la mort ou de la maladie et ce livre remplissait cette condition. En effet, il parle de l'autisme d'un petit garçon. 
Je lis très peu de témoignage car la lecture est pour moi un moyen de m'évader du monde réel. J'ai donc fait une exception pour celui-ci et je ne regrette pas.

Ce livre parle de l'autisme mais pas que de cela. Il parle aussi de comment un animal de compagnie peut faire beaucoup de bien à un enfant autiste. Il sert en quelque sorte de thérapeute au quotidien. Bien que ce soit un témoignage, l'auteur a pris le parti de faire une histoire romancée. J'ai bien aimé cette façon de raconter le quotidien de cette mère célibataire qui se bat pour faire de son mieux pour son fils.

Depuis la naissance de son fils Georges, Julia est un peu perdue. Le petit garçon ne réagit pas de façon normale et fait crise sur crise. Dans la rue ou à l'école, on montre du doigt Julia qui pour tous est une mauvaise mère. Mais à l'âge de 10 ans, George est enfin diagnostiqué autiste et cela soulage un peu sa mère qui sait enfin ce qui ne vas pas chez son fils et peut prendre toutes les mesures nécessaires pour que cela se passe au mieux pour lui.
C'est dans cette même période qu'apparait le chat Ben, un chat errant mal en point qui squatte le jardin de Julia. Elle le prend alors sous son aile et décide de l'emmener chez le vétérinaire pour le soigner et vérifier s'il a une puce. Mais celui-ci n'en a pas et après une visite de George, elle décide de le garder. En effet, le petit garçon semble créer un lien avec ce chat perdu. 
Plus le temps passe, plus George s'ouvre au monde et fait d'énormes progrès. Il arrive enfin à communiquer avec sa mère qui peut voir l'amour que son fils lui porte. Mais un jour, Ben disparait. Et c'est le frame pour George qui se replie immédiatement sur lui-même. Julia va donc tout faire pour le retrouver , quitte à passer pour une folle aux yeux de certains.

Ce qui m'a le plus touché dans ce livre est la détresse de Julia qui ne savait pas comment faire pour aider son fils mais qui doit en plus supporter les jugements, les regards des autres qui la considèrent vraiment comme une mère indigne. Même à l'école, George est mis à l'écart par ses professeurs qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez pour savoir ce qui se passe vraiment dans la tête de George et pourquoi il réagit aussi violemment à certaines situations. Ils ne prennent absolument pas le temps de l'aider et je trouve cela vraiment dommage. 

L'arrivée du chat Ben va changer radicalement la vie de Julia et de George. C'est là qu'on voit le pouvoir que possèdent les animaux. D'ailleurs, ils sont beaucoup plus tolérants. Pour Ben, ce n'est pas bien grave que George soit un peu différent du moment qu'ils peuvent jouer ensemble et avoir des câlins. C'est le plus important pour lui. Pour George, c'est un ami qui le comprend et ne cherche pas à lui imposer de faire des choses. Il lui permet aussi de pouvoir parler de ce qu'il ressent, de ce qu'il comprend du monde. 

Ce témoignage m'a profondément touché, outre la relation entre le petit garçon et le chat, c'est surtout la force émotionnelle de la mère. Julia ne baisse jamais les bras, se montre toujours forte pour son fils quoiqu'il arrive. Mais il y a aussi le regard des autres qui jugent à tout va sans une seule fois se poser des questions sur le pourquoi du comportement de George. Ce livre fait beaucoup réfléchir et on ne voit pas forcément pareil les enfants qui piquent des crises.

Un livre émouvant qui montre la force d'une mère et la bonté d'un animal de compagnie.

1 commentaire:

  1. Il me tente beaucoup ce roman... Mais étant très sensible, je n'ose pas me plonger dans ce dernier!

    RépondreSupprimer