samedi 26 novembre 2016

Résilience de Julia M. Tean


"Sa mort a été lente, douloureuse. Une agonie qui électrise encore Vincent et lui donne un sentiment de toute puissance. Il a vaincu son bourreau."

Auteur : Julia M. Tean
Éditions : Rebelle
Genre : Thriller
Année de parution : 2016
Pages : 147

Résumé : 

Pour ces dix-neuf ans, Vincent s'est offert un parricide. Il a tué son bourreau.
Mais peut-on vraiment se libérer de l'emprise du mal ? Peut-on se reconstruire après avoir subi le pire ?
Incarcéré, Vincent doit affronter ses démons, apprendre à se connaître et s'accepter... pour atteindre la délivrance, sa résilience.

Avis :

Voici un livre que j'ai acheté les yeux fermés sans lire le résumé. Et cela pour deux raisons. La première est que j'ai découvert l'auteur grâce au livre Angela. J'avais aimé sa plume et donc envie j'ai eu envie de la découvrir dans un autre univers. Et la deuxième c'est que j'ai tellement entendu du bien de ce livre que je n'ai pas hésité à l'acheter.

Dès les premières pages et même les premiers mots, on est happé dans le monde de Vincent, ce garçon malade, chétif et déformé. Comment ce jeune de dix-neuf ans a pu faire un acte impardonnable : tuer son propre père ? Et surtout pourquoi ?
Vincent est incarcéré et rencontre Yassin, un jeune qui représente tout ce qu'on a dit à Vincent de haïr : arabe et homo. Vincent se montre haineux envers lui mais au fil des pages et des conversations, ils se rendent compte que finalement ils ne sont pas si différents. Une jeune psychologue vient régulièrement rendre visite à Vincent. À travers les conversations, Vincent se rappelle ce qu'il a vécu : la maltraitance, la haine ou l'indifférence mais aussi quelques moments de bonheur.

L'auteur a écrit ce livre en y mettant tout son coeur. Les phrases sont courtes mais percutantes. Elles sont basées surtout sur les sensations, les émotions de Vincent. Le lecteur vit à travers la plume de l'auteur le cauchemar qu'à vécu le jeune homme dans sa famille si on peut appeler ses géniteurs de cette façon. Ils n'ont rien de parents exemplaires : la mère se prostitue dans sa propre maison en ignorant royalement la présence de son fils et le père, quand il rentre, c'est pour faire subir à Vincent tout ce qu'il y a de pire : insultes, humiliations, tortures, coups... Tout y passe. Et quand il n'est pas occuper à le maltraiter, il lui bourre le crâne d'idées racistes et homophobes. Il l'oblige même à intégrer une bande d'extrémistes qui déambule dans les rues pour frapper les "arabes" et les "pédés".

Personne ne fait attention à Vincent ni au lycée, ni ses voisins avant l'arrivée d'un professeur de sport qui va lui donner un peu de bonheur dans cette vie sordide. Malheureusement, ce bonheur sera de courte durée et Vincent commettra alors le pire pour en finir avec cette vie de haine et de douleur.

L'auteur a su trouver les mots juste pour que son histoire bouleverse le lecteur. On s'attache à Vincent, on tremble avec lui et on finit en larme en tournant la dernière page. Ce livre fait beaucoup réfléchir. Des Vincent il y a en partout, malheureusement beaucoup se voile la face pour ne pas voir la triste réalité et tout faire pour que cesse le calvaire de l'enfant.
Ce livre est fort, dur, on n'en ressort absolument pas indemne.  C'est peut être un livre court mais tellement prenant, tellement choquant que finalement ce n'est pas plus mal. L'auteur a écrit sans arrondir les angles de la triste réalité, elle a fait parler les mots pour dévoiler la vérité et l'horreur qui peut se produire à l'abri des regards, dans une famille à l'apparence normale.

Si je ne vous ai pas encore convaincu, sachez qu'un euro sur le prix du livre est reversé à l'association Le refuge qui aide les jeunes victimes majeures de l'homophie ou de transphobie. Alors je n'ai qu'une chose à dire : foncez ! 

Un coup de coeur qui me l'a complètement retourné et brisé ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire