dimanche 19 février 2017

De feu et de neige de Anne-Marie Pol


*Chronique de Sandrine*

"Leur histoire continue, leur histoire n'aura pas de fin, Félicité le lui écrit, le récrit, insiste encore ; elle aime quand elle s'adresse à Fédor et elle écrit longtemps."

Auteur : Anne-Marie Pol
Éditions : Nathan
Genre : jeunesse
Année de parution : 2017
Pages : 338

Résumé :

1812, Moscou.
Félicité d'Austin, jeune française de 16 ans vit avec sa mère sous la protection d'une riche famille russe. Malgré leur différence de classe, Félicité est passionnément amoureuse de Fédor, le fils de la comtesse.
Mais tandis que les jeunes gens répètent en toute insouciance Le jeu de l'Amour et du Hasard, la dernière pièce à la mode de Marivaux, la guerre éclate. Napoléon Ier a décidé d'envahir la Russie, et il est aux portes de Moscou ! Fédor s'engage dans l'armée, tandis que sa famille fuit sans pouvoir emmener ses deux protégées. Voilà Félicité et sa mère livrées à elles-mêmes dans la ville en guerre, alors que le Français est devenu l'ennemi du Russe.
Tiraillée entre son amour pour la Russie et son identité française, désespérée de voir Fédor partir à la guerre, Félicité n'a d'autre choix que de fuir pour survivre, entre les flammes de l'incendie de Moscou, puis dans les steppes enneigées de Russie...

Avis : 

Merci aux éditions Nathan pour ce service presse.

À la lecture du résumé, j'étais un peu septique concernant ce livre. Les livres historiques ne sont pas ce que je préfère mais comme j'aime me lancer des défis et sortir de ma zone de confort, je me suis lancée dans sa lecture. L'histoire se déroule au 19e siècle à Moscou lors de l'invasion de Napoléon Bonaparte. Ce n'est pas souvent que l'action d'un livre se déroule en Russie, cela a donc attisé ma curiosité.

À l'ouverture du livre, on rencontre Félicité, une jeune femme vivant avec sa mère chez une noble famille russe. Les deux femmes sont françaises et après la mort de son père, Félicité et sa mère se sont retrouver en Russie, embauchées chez cette famille noble l'une pour faire la lecture à la maîtresse de maison, l'autre pour enseigner le français, langue très prisée à cette époque par les russes. 
La jeune Félicité est tombée amoureuse de Fédor, le fils de la famille. Cependant, elle se retrouve désespérée quand ce dernier s'engage dans l'armée pour défendre son pays contre l'invasion des français. Elle ne comprend pas pourquoi il risque sa vie dans cette armée et surtout pourquoi sa mère l'encourage et est fière de lui. La famille noble décide de fuir la capitale pour se réfugier à la campagne et fuir les hostilités qui ont débarquer en ville. Mais voilà, Félicité et sa mère ne sont pas du voyage et doit faire face à la solitude au milieu des combats et tenter de survivre. 

L'auteur s'est inspirée d'un journal trouvé dans la double d'un sac acheté chez un antiquaire. Elle a décidé de partager cette histoire et de combler les trous pour que cela soit cohérents. Elle a donc fait des recherches et cela s'en ressent au fil des pages. Le récit est écrit à la troisième personne mais on trouve des passages du journal où Félicité parle à la première personne. J'ai bien aimé cet aspect et cela m'a fait remonter le temps pour me plonger dans cette Russie en conflit. Ce livre est riche en informations sur cette période et cela le rend vraiment agréable à lire.

Par contre, le personnage de Félicité m'a quelque peu énervé. Elle est obsédée par son amourette sans prendre vraiment conscience de la situation politique du pays. De plus, elle oublie un peu sa place : celle d'être une employée immigrée dans une famille noble et bien qu'elle ait passé le plus clair de sa vie en Russie, elle reste une française, ce que ne cesse de lui rappeler sa mère. D'ailleurs, cette dernière n'est pas forcément mieux. Elle ne cesse de se raccrocher au fait qu'elle ait vécu la révolution et en profite pour rabaisser tout le monde. Bref, au niveau des personnages, j'ai été plutôt déçue malheureusement.

La première partie du livre est assez lente et je me suis vite ennuyée mais arrivée à la deuxième partie, les évènements s'accélèrent et le rythme se fait plus soutenu. Les personnages sont moins des têtes à claques. L'écriture est fluide et l'auteur a fait en sorte que le langage utilisé soit fidèle à la période de l'histoire.

En conclusion, je peux dire que j'ai été ravie d'en savoir plus sur cette période de l'histoire et de faire un lien avec les réfugiés d'aujourd'hui. Mais j'ai été déçue par l'histoire en elle-même et surtout par les personnages qui ne m'ont pas vraiment touchés. Dommage...

De belles idées mais des personnages énervants malheureusement.

1 commentaire:

  1. Le fait que le livre soit basé sur un vrai journal est très intriguant. Si j'ai l'occasion de le lire, pourquoi pas :)

    RépondreSupprimer